Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Mercredi, Janvier 31, 2018

Catherine Guillemot développe l’antenne régionale de OISE à Rennes (35) : "Dès que vous avez une idée, des compétences et un accompagnement solide, lancez-vous, n’attendez pas !"

Catherine Guillemot développe en solo l’antenne régionale de OISE située à Rennes. Travailler en indépendante pour cet organisme national de séjours linguistiques pour les particuliers et les professionnels lui a permis de concilier en un seul job sa passion pour les langues, la formation et l’entrepreneuriat. Son secret pour réussir tient en trois mots : méthode, confiance et ouverture d’esprit.

 
 


Quel a été ton parcours professionnel avant de créer ton entreprise ?

J’ai commencé à Paris au sein de la filiale française d’une grande société américaine, Dun & Bradstreet dont l’activité principale était de fournir des informations financières et commerciales sur les entreprises. Mon rôle était d’aller à la rencontre des chefs d’entreprise et directeurs financiers. Cela m’a fait découvrir le monde des affaires et de la finance dans les quartiers chics de la capitale. Ce fut une belle formation sur l’esprit d’entreprise, lié au sérieux, au professionnalisme, à la diversité des échanges commerciaux en France et à l’international.

Quand j’y pense, cette première expérience d’une dizaine d’année ont marqué les prémisses de mon activité actuelle. 
À la naissance de mes quatre enfants, j’ai dû interrompre cette carrière non sans regret. Cela m’a permise d’approcher un autre secteur d’activité, celui de l’éducation. Après une interruption de quelques années, j’ai en effet intégré l’Éducation Nationale pendant douze ans. Je me suis occupée particulièrement des collégiens, là aussi une pièce maîtresse (c’est le cas de le dire !) de mon activité actuelle. Plus tard, j’ai travaillé pendant 7 ans au sein d’une association qui organise des pèlerinages. Mon rôle était de gérer la logistique des transports et des hébergements sans oublier le côté relationnel et la participation à l’aventure, nouvelle pièce complémentaire et utile à mon activité d’aujourd’hui.

Et voici que s’est présentée l’opportunité de OISE qui me permettait de conjuguer tous ces talents acquis. Je n’ai pas évoqué mon plaisir d’étudier plusieurs langues comme le russe, l’hébreu ou le grec, bref le domaine linguistique. OISE  m’attendait !


En quoi consiste ton activité et à qui s’adresse-t-elle ?

J’appartiens au réseau Oise Etudes Linguistiques dont je défends le label depuis 2013. C’est une école de langues : anglais, allemand, espagnol et français. Mon rôle est de développer OISE sur onze départements du Grand Ouest. Les formations s’adressent aux enfants dès l’âge de sept ans, aux collégiens, aux lycéens, aux étudiants qui se préparent à intégrer les Grandes Écoles, aux étudiants qui doivent justifier d’un bon niveau de langues avant d’entreprendre leurs études supérieures en France ou à l’étranger. Les séjours s’adressent aussi aux professionnels et aux adultes qui souhaitent s’exprimer plus facilement dans une de ces langues. OISE permet à des personnes de tout âge de se réaliser et d’être à l’aise en langues étrangères et au mieux de leur savoir-être.


 
"Confiance et méthode, régularité, reportings réguliers, anticipation, curiosité et ouverture sur les autres entreprises contribuent au développement de l’activité."


Comment s’est déroulée la création ? As-tu rencontré des difficultés ?

Cela a d’abord été une approche de terrain pas à pas. Les demandes et les résultats se sont révélés prometteurs alors nous avons décidé d’ouvrir une boutique à Rennes. Pour l’instant, j’occupe un bureau dans un centre d’affaires bien situé en centre-ville et qui correspond à l’image de marque de l’entreprise. L’idéal demeure de trouver une boutique car nous devons être plus visibles. Je vais démarrer un 4ème exercice en avril 2018. Il devrait déterminer le mode de fonctionnement à privilégier.


Quel a été l’élément déclencheur pour franchir le pas de l’entrepreneuriat et comment as-tu été accompagnée ?

La rencontre, les bons premiers résultats m’ont permise de foncer. Le Bélier est mon signe astrologique. Il me représente bien d’autant qu’avant de foncer, le bélier recule de deux pas. Cela signifie que j’ai dû réfléchir aux moyens dont je disposais pour me lancer et surtout assumer et renforcer ma présence sur cette grande zone géographique tout en étant basée à Rennes. Je suis extrêmement bien épaulée par le réseau OISE, à commencer par notre siège à Paris et la maisonmère à Oxford.

Les relations entre les différentes antennes de France et de l’étranger (Angleterre, USA Canada, Espagne, Allemagne) se font très facilement et chacune étant autonome, collabore de son mieux pour que la réussite et les services rendus soient à la hauteur des meilleures espérances. Ce grand esprit de famille qui règne au sein de OISE est l’un des atouts majeurs. Le reste fait appel à l’inventivité et à la créativité, aux opportunités de chacun en totale autonomie tout en respectant les contraintes financières.


 


Quelle est la plus grande difficulté que tu rencontres en tant que cheffe d’entreprise ? 

Je suis encore trop jeune dans la fonction pour en parler. Pour l’instant, je dois en même temps être et agir puisque je suis seule à bord.

 
Quel est ton plus grand bonheur en tant que cheffe d’entreprise ? 

La satisfaction du travail bien fait, la reconnaissance de chacun et l’entière confiance donnée. Cela permet d’envisager un bon avenir. J’ai toutefois de nombreux progrès à faire encore : gestion du temps, anticipation des actions, délégation… La liste est longue !


Comment concilies-tu vie personnelle et vie professionnelle ?

Dans mon activité, il y a des temps forts, notamment d’avril à novembre. Les affaires battent leur plein et je consacre une grande partie de ma vie au domaine professionnel. Je me rattrape à la saison creuse pour m’occuper de mes enfants et petits-enfants auxquels je suis très attachée. Je privilégie également ma vie de couple et ma présence auprès de mes parents. Y’a de la vie quoi : pas de temps mort !



"L’essentiel est de rester sur sa ligne de conduite, de faire confiance aux acteurs de son activité professionnelle. Chacun porte l’autre et la réussite est au rendez-vous, même s’il faut du temps."


Quel est ton secret pour développer ton entreprise ?

Confiance et méthode, régularité, reportings réguliers, anticipation, curiosité et ouverture sur les autres entreprises contribuent au développement de l’activité.


Quel message peux-tu adresser aux femmes qui souhaitent se lancer ?

Dès que vous avez une idée, des compétences et un accompagnement solide, lancez-vous, n’attendez pas ! La question financière est très importante mais elle n’est pas majeure. Il faut savoir communiquer et appartenir à des réseaux comme celui de Femmes de Bretagne pour continuer à aller de l’avant. L’essentiel est de rester sur sa ligne de conduite, de faire confiance aux acteurs de son activité professionnelle. Chacun porte l’autre et la réussite est au rendez-vous, même s’il faut du temps. Lorsqu’on vous propose une prospective à dix ans, c’est amplement justifié et comme le temps passe vite, commencez le plus tôt possible !


Quel est ton défi pour les prochains mois ?

Ouvrir un poste d’assistante pour le bureau de Rennes. Cela me permettrait de passer plus de temps sur les autres grandes villes de ma zone géographique. La communication est la stratégie obligatoire et agréable pour se développer et je voudrais avoir plus de temps à lui consacrer.


Comment vois-tu ton business dans 10 ans ?

L’idée initiale d’une boutique aura vu le jour avec des délégations locales afin d’être plus proches de nos clients. La proximité et l’écoute sont nos premiers facteurs d’engagement et de réussite. J’espère que je pourrai tendre le témoin à des personnes enthousiastes et heureuses de travailler pour OISE.


Site web de OISE à Rennes
Page Facebook @OiseFr



 
Un entretien mené par la Plume Anne-Gabrielle Marmignon
rédactrice web chez Anne & Paper (35)

Article rédigé par :
Anne-Gabrielle Marmignon. -