Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Lundi, Novembre 27, 2017

Corine Gillard, fondatrice du salon Rêves de Créateurs à Vannes (56) : "L’édition 2017 est importante, son succès confirmera l’attrait d’un concept novateur pour les visiteurs."

Permettre de révéler des talents de la région et de leur offrir de la visibilité. Voilà le pari gagnant que s'est fixée Corine Gillard, fondatrice de Rêves de Créateurs, le salon vannetais qui s'apprête à connaître sa troisième édition les 1er, 2 et 3 décembre 2017. Interview d'une femme de Bretagne qui a su parvenir à ses objectifs en mêlant ténacité, rigueur et esprit d'équipe !




Corinne, tu es la présidente de l'association qui organise depuis 3 ans maintenant l'événement Rêves de Créateurs à Vannes. Si l'on revient aux sources du concept, comment est né Rêves de Créateurs ?

Cette initiative trouve ses racines dans le réseau Femmes de Bretagne ; en effet j’ai adhéré dès son lancement après avoir fait la connaissance de Marie Eloy qui m’a présenté son concept. C’était la première fois que je m’intéressais à un réseau et les valeurs sur lesquelles il reposait m’ont interpellée. Je dois avouer qu’il a été à l’origine de bien des changements dans ma vie professionnelle, de rencontres déterminantes et de deux projets professionnels.

Lors de la première rencontre au Piano Barge (Vannes), nous étions peut-être une vingtaine, j’ai présenté une idée timidement, je suis naturellement réservée : l’organisation d’un marché de créateurs en fin d’année qui permettrait de révéler des talents de la région et de leur offrir de la visibilité. Vannes et son agglomération disposent  d’un fort potentiel de public intéressé par la création régionale, en revanche très peu d’événements qualitatifs sont organisés. Je pensais à ce projet de longue date, mais seule je ne me sentais pas la disponibilité et l’énergie pour m’y investir.
Ce jour-là, une grande partie de l’équipe s’est constituée, séduite par le projet : Angelina Bulot, Lucie Di Biasi, Lucile Boichot, Audrey Chevallier… Après un « coup de pouce » formulé sur le site FDB et de nouvelles rencontres, d’autres femmes nous ont rejointes : Marie-Gabrielle Capodano, Anne-Louise Rodes, Charline Houet, Pascale Bury, Michèle Nicolas, Marine Gautier. Les pionnières ! Une équipe de caractère avec des compétences professionnelles complémentaires. L’équipe a évolué naturellement depuis.


 


Si l'on revient à ton parcours personnel et professionnel : quel cheminement as-tu suivi jusqu'au stade où tu as donc eu l'idée de cette initiative dans le Morbihan ?

Jeune j’étais très attirée par les domaines artistiques, les métiers créatifs, la photographie, le stylisme, je souhaitais devenir costumière… Je suis devenue assistante de direction, cherchez l’erreur ! Cela m’a permis d’acquérir de la polyvalence et d’occuper des postes très stimulants, puis j’ai démissionné.

Pendant 8 ans j’ai élevé mes 3 fils alors que mon mari avait été muté dans le Nord. De retour en Bretagne, je voulais reprendre une activité professionnelle. Confrontée comme beaucoup de femmes à la problématique du retour à l’emploi après 40 ans, je n’avais plus la disponibilité familiale pour retrouver le même niveau de poste, et toujours l’envie de vivre une activité professionnelle motivante.

Tout au long de la vie, mes loisirs ont tourné autour de la création textile, préalablement à la formation d’assistante j’avais passé un CAP couture en candidat libre. Je suis aussi une grande collectionneuse de bouts de tissus. Un clin d’œil à toutes les passionnées de couture qui détiennent des trésors rangés dans des tiroirs.


À ce carrefour de la vie, encouragée par mon entourage, j’ai lancé une activité de création textile sous la marque « Ô Coco », une gamme pétillante d’accessoires de mode textiles (foulards, chapeaux, sacs, mitaines, bijoux…). Une activité passionnante qui exige de nouvelles compétences en communication ou encore en gestion. Je me suis éclatée, je ne sais pas l’exprimer moins familièrement, dans la création de collections d’articles, dans l’acte créatif d’assemblages de graphismes, en créant des modèles de sacs, d’écharpes.
Cette expérience m’a permis aussi de cerner toutes les problématiques des créateurs : la recherche de lieux d’exposition pour commercialiser leurs créations, le travail dans l’isolement, la difficulté pour beaucoup de vivre de leur passion, la nécessité d’acquérir des compétences multiples en communication, compta, numérique...

De ce constat est né le deuxième projet et l’autre coup de pouce envoyé sur le site Femmes de Bretagne : créer une plateforme collaborative qui permettrait de mutualiser des informations, des services entre créateurs et créer un agenda des événements créatifs. Laëtitia Philippe, développeuse à Quimper a accroché à ce projet et nous y travaillons depuis janvier 2016, un chantier titanesque, un site complexe à développer !

Le site crealOuest a été lancé en juillet dernier, il est en constante évolution et la dernière phase du projet verra le jour bientôt.
crealOuest propose un agenda, qui sera exhaustif à l’avenir, le site gère une base de données qui permet aux membres abonnés de connaître le prix de location du stand, les contacts organisateurs, et point capital, la période de recrutement !

Cette année, plus de 400 événements ont été recensés et géolocalisés. Cela permet enfin d’avoir une vue globale de l’activité dans l’Ouest pour cette filière économique. Plus de 100 boutiques de créateurs sont identifiées et géolocalisées, cela facilite la recherche des créateurs.
Le but de la plateforme est évidemment de mettre en lien tous les acteurs de la filière, le public, les créateurs, les organisateurs d’événements et les boutiques de créateurs, de générer de la visibilité à la fois pour les créateurs et pour les événements.

Le modèle économique repose sur les abonnements aux créateurs, aux boutiques, aux organisateurs. La possibilité de faire de la publicité sur le site.
Les abonnements pour les créateurs sont vraiment étudiés pour permettre à chacun de devenir membre :
15 €/an pour un abonnement à la base de données ; 55 €/an pour un abonnement à la Galerie des créateurs sur le site et visibilité sur les réseaux sociaux.
Aujourd’hui, 136 personnes soutiennent ce projet audacieux et profitent de ses services. Rejoignez-nous, l’union fait la force : Elle rendra la plateforme viable.

Je suis très attachée à la réussite de crealOuest, j’y consacre énormément d’énergie. Le projet repose sur le collectif et son objectif majeur est d’apporter plus de coordination, plus de services, plus de reconnaissance à toute la filière des métiers créatifs, grâce au numérique, c’est possible.

Je recherche des partenariats financiers pour soutenir la fin du développement du site web et j’invite tous les acteurs de la filière à prendre possession du site pour en faire un site incontournable.

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter le site web, la page Facebook et le groupe Facebook dédiés à créalOuest.


 


Après le stade de l'idée est venue l'étape de la mise en pratique pour organiser la première édition de Rêves de Créateurs au Château de l'Hermine à Vannes. Comment s'est déroulé le lancement de votre projet ?

Après l'étape capitale et déterminante du soutien validé par M. Robo, Maire de Vannes, nous sommes entrées dans la phase concrète des recherches de sites pour accueillir notre événement. Nous avons aussi travaillé sur le financement dont le projet de mener une action de crowdfunding, trouver des partenaires. Notre plus gros défi était de démarrer cette aventure sans la moindre mise de départ. Nous avons aussi élaboré un calendrier, entamé un plan de communication, mis au point des outils de communication (site web, page Facebook, Twitter), commencé à travailler sur un règlement de l’événement, un contrat avec les exposants… Un chantier gigantesque dans un cadre d'organisation coopératif !

Nous avons trois objectifs. D’abord, réussir à créer un événement d’envergure régionale, de qualité et pérenne, ouvert à tous (femmes et hommes) avec des valeurs affichées de solidarité. Nous souhaitons également leur offrir de la visibilité. L’originalité du concept réside dans notre volonté de rassembler les domaines artistiques, les entreprises innovantes, les porteurs de projet. Ensuite, créer des synergies, sortir de l’isolement certains créateurs, que les porteurs de projets s’orientent vers une démarche cohérente dans un projet viable, et ainsi nous entraîner tous dans une dynamique positive. Depuis nous avons développé cet axe en greffant un pôle information à la création et des conférences pendant l'événement. Enfin, l'objectif était d'apporter une nouvelle proposition au public, essentiel pour relancer les activités commerciales dans un contexte économique morose, l’attirer par la curiosité. La qualité du savoir-faire en Bretagne est un bon ressort…

Ce qu'il y a eu de formidable, c'est l'engouement autour de ce projet. Des bénévoles s’y sont ralliés et nous ont apporté soutien, solutions, réconfort, régénérant ainsi notre énergie.

De même, l’adhésion des créateurs au concept est réelle, avec près de 130 candidatures reçues, de grande qualité dès la première édition 2015. Nous avons noué des partenariats financiers ou en nature avec de jeunes entreprises comme Spiru’Breizh, Gwenacook, Shopus, Labeo, -196° Événements et d'autres par la suite...


Dès la première édition, l'événement a porté les couleurs de Femmes de Bretagne. Comment est née cette collaboration ? Que penses-tu de notre réseau ?

Oui, Femmes de Bretagne a accueilli ce projet comme une pépinière et il a été organisé pour sa première édition sous l’égide de Femmes de Bretagne. Nous remercions particulièrement Marie Eloy et Patricia Lasnier (membre du CA et co-Présidente d’Initiatives Bretagne pour leur confiance, leur soutien et leur œil bienveillant.

Depuis 2016 nous avons créé une association qui a vocation de soutenir les activités artistiques, artisanales et l’entrepreneuriat, mais le partenariat entre Rêves de créateurs et Femmes de Bretagne demeure. L’empreinte Fdb est aussi dans le concept de l’événement, son effervescence nous a menés à penser ce concept « ouvert » alliant domaines artistiques, artisanaux et entreprises aux concepts innovants.

Ma petite histoire témoigne de l’importance d’un tel réseau, que son principe racinaire a des effets positifs sur la vie des femmes. Pour ma part je l’ai croisé à un moment de ma vie où je me situais dans la transmission, dans l’échange... et il a fait écho. C’est une source de rencontres.


 
"L’équipe s’est fédérée autour d’un principe solidaire, afin d’initier une dynamique positive collégiale et la volonté d’atteindre un résultat professionnel tout en maintenant des niveaux de location de stand abordables. Nos plus belles récompenses sont de constater que le salon sert de tremplin, de voir des ventes se conclure, de voir des synergies professionnelles a posteriori entre exposants / conférenciers / acteurs économiques."


Quels bilans avez-vous alors tirés de cette première édition en décembre 2015 ?

Un bilan très satisfaisant qui nous a donné l’énergie pour l’édition suivante ! Humainement cela fut très riche en synergies et c’est formidable. Nous avions reçu plus de 120 candidatures, preuve que de telles manifestations sont attendues. D’un point de vue plus rationnel, le bilan économique l’était aussi puisque nous étions bénéficiaires et cela nous a permis d’envisager la seconde édition un peu plus sereinement. Les visiteurs furent au rendez-vous, nous avions accueilli 2800 visiteurs sur 2 week-ends et les retours des exposants furent très positifs.


Depuis cette première expérience, vous avez pu affiner plus encore votre concept : quels changements avez-vous opérés depuis la première édition de l'événement ? 

Le fait d’organiser la seconde édition au Palais des Arts de Vannes nous a permis de rassembler sur un même site la partie exposition-ventes valorisant 50 talents et la partie conférences sur la thématique entrepreneuriat. Cela a donné plus de cohérence au concept. De plus l’espace nous a permis de développer un pôle information à la création et de réunir une vingtaine d’acteurs économiques locaux (associations d’accompagnement à la création d’entreprises, entreprises…) afin d’apporter leurs conseils aux porteurs de projet ou aux personnes en activité.

Cet événement est un concept global dédié aux toutes petites entreprises pour leur permettre de développer leur activité et de « réseauter ».


 


À quel public s'adresse donc Rêves de Créateurs ?,

L’événement s’adresse à un public large familial et professionnel, avant tout aux amateurs d’art et d’artisanat d’art, aux personnes qui s’intéressent à l’économie de leur territoire, à celles qui souhaitent détecter les nouveaux concepts d’entreprise, aux porteurs de projets, aux jeunes, c’est incitateur et positif de voir toutes ces petites entreprises qui émergent.


Comment procédez-vous à la sélection des exposants ? Quelles règles avez-vous fixées pour renouveler les stands d'une année à l'autre ?

L’association est organisée en commissions et les critères de sélection retenus sont la singularité de la proposition, le savoir-faire, une technicité particulière, la transformation de la matière première, l’originalité d’un concept. Le comité de sélection composé de plusieurs membres de l’équipe étudie et s’exprime sur chaque dossier, la majorité l'emporte.

Nous renouvelons la proposition faite au public tous les ans, à la fois pour l’étonner d’une année sur l’autre et pour offrir de la visibilité à un maximum de créateurs. Cette année, nous avons mis en place une règle qui indique qu’un exposant sélectionné deux fois de suite ne pourra postuler l’année suivante et nous avons ouvert les candidatures à la Loire Atlantique.


 


Ces 1er, 2 et 3 décembre aura lieu la troisième édition de l'événement. Combien de professionnels accueillez-vous pour cette occasion ? Quel programme sera proposé aux visiteurs ?

L’édition 2017 est importante, son succès confirmera l’attrait d’un concept novateur pour les visiteurs. Les 50 talents présents sur la partie exposition-vente sont témoins de la vitalité de la région en matière d’inventivité, d’inspiration, c’est une très belle sélection de professionnels. Avec la saison festive qui s’annonce, de belles idées cadeaux originales à faire ou à se faire !

Pour l’édition 2017 nous proposons un programme de conférences intitulé "Bien dans sa vie pro ! 18 conférences passionnantes qui s’intéressent aussi à la qualité de la vie en général, aux sujets de société." Pour s’y inscrire, suivez ce lien.

Sur le Pôle Information 19 acteurs économiques locaux sont présents pour guider les porteurs de projet, les jeunes entreprises dans des domaines aussi variés que la communication, l’expertise comptable, le choix du statut juridique, l’accompagnement à la création, la prise de parole efficace, le développement personnel, la sophrologie…


Aujourd'hui, combien de bénévoles compte votre équipe d'organisateurs ? Comment vivez-vous cette expérience ?

L’équipe organisatrice est composée de 17 personnes bénévoles et pour la plupart en activité professionnelle. Chacun donne son temps et ses compétences en fonction de sa disponibilité, c’est le propre d’une association mais ce n’est pas toujours simple à gérer. C’est une expérience très prenante, formatrice quoi qu’il en soit, l’enjeu est de taille et l’équipe se prend au jeu.

Lors de l’événement, nous sommes rejointes par 35 autres bénévoles qui participent à l’installation, en assurant des postes d’accueil. Ils contribuent au rangement ensuite. Nous les remercions sincèrement : sans leur aide, c’est simple, pas de salon.


À quelques jours de l’événement, l’équipe est un peu sous tension mais nous sommes impatientes aussi de rentrer dans le vif du sujet après 11 mois de préparation. Encore plus les nouvelles recrues qui ont rejoint l’aventure cette année, ravies d’en faire partie !

 


Quelles valeurs souhaitez-vous diffuser à travers Rêves de Créateurs ? 

L’équipe s’est fédérée autour d’un principe solidaire, afin d’initier une dynamique positive collégiale et la volonté d’atteindre un résultat professionnel tout en maintenant des niveaux de location de stand abordables. Nos plus belles récompenses sont de constater que le salon sert de tremplin, de voir des ventes se conclure, de voir des synergies professionnelles a posteriori entre exposants / conférenciers / acteurs économiques.


Cette année encore, votre partenariat avec le réseau Femmes de Bretagne perdure. De quelle manière s'organise-t-il ?

Le partenariat Rêves de créateurs / Femmes de Bretagne a du sens, dans l’origine de l’histoire qui nous relie et dans nos valeurs réciproques d’entraide. Nous sommes heureuses de mettre à disposition un espace au réseau Femmes de Bretagne sur le Pôle information afin de présenter le réseau aux visiteurs.


Quels messages souhaitez-vous partager aux Femmes de Bretagne qui, elles aussi, souhaitent réaliser leurs rêves de création ?

Ténacité, combativité, tout projet de création d’entreprise ou associatif est un long chemin chaotique. S’entourer de personnes positives et compétentes pour s’engager dans un projet viable. Etre consciente qu’il s’agit d’un engagement qui va mobiliser votre énergie et empiéter sur votre vie personnelle.

Une citation pour conclure  : « Lorsqu'une porte se ferme, il y en a une qui s'ouvre. Malheureusement, nous perdons tellement de temps à contempler la porte fermée, que nous ne voyons pas celle qui vient de s'ouvrir. »
Alexander Graham Bell


 
["Mille mercis à cette équipe épatante pour le beau travail collectif réalisé :
Jennifer BOUCHINET, Pascale BURY, Marie-Gabrielle CAPODANO, Julia CADIC, Marion Chauloux, Audrey Chevallier, Patricia Dagnaud, Lucie Di Biasi, Karine Giovanardi, Séverine LAGADEC, Michèle NICOLAS, Jacques Poisson, Anne-Louise Rodes, Alexia Tanguy, Chrystelle Titaud, Julie Viguié"]


Pour en savoir plus sur Rêves de Créateurs et venir au rendez-vous les 1, 2 et 3 décembre à Vannes ? 

Rendez-vous les 1, 2 et 3 décembre au Palais des Arts à Vannes.

Ouverture au public :
Exposition-vente : vendredi 14h30 - 19h – samedi 10h - 19h – Dimanche 10h - 18h

Conférences et Pôle information : du vendredi 11h à 19h et le samedi de 10h à 19h

Entrée 3 €, valable les 3 jours et donnant accès à l’expo-vente, Pôle info/Conférences

Site web 
Page Facebook 

Compte Twitter 
Compte Instagram 



 
Un entretien mené par la Plume Virginie Le Gall,
blogueuse et experte en blogging chez Mamezell' en Finistère
Article rédigé par :
Virginie Le Gall. -