Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Lundi, Mai 1, 2017

Marie Carrez, cofondatrice de La Cocotte Culturelle à Brest (29) : "Le but est de se rendre compte que les artistes sont tout autour de nous."

"La Cocotte Culturelle" : Un nom "coco" pour un concept coloré porté par des "cocottes" du Bout du Monde ! Destinés à faire découvrir les artistes brestois tout en favorisant les rencontres et le partage, ces nouveaux "paniers culturels" riches en surprises sont à l'initiative de 4 femmes fort sympathiques. Interview de Marie Carrez, l'une d'entre elles !


Marie Carrez, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je travaille dans le cinéma et le milieu culturel depuis 5 ans après des études universitaires, une enfance dans les cinémas et un intérêt fort pour le socio-culturel.


 


Comment avez-vous découvert le concept des box culturelles ?

À Lille. La Responsable du panier culturel lillois, appelée Kilti, m’a proposé d’être bénévole pour la remise de leur panier. J’ai tout de suite été emballée par le concept !


Vous avez donc participé au lancement de ce concept sur Rennes. Comment s'est déroulée cette expérience ?

J’étais à l’initiative du projet sur Rennes avec d’autres personnes. Lorsque j’ai quitté Rennes pour vivre dans le Finistère, j’ai arrêté de travailler pour le panier rennais mais l’expérience était intéressante.


Puis vous avez emménagé dans le Finistère. Qu'est-ce qui vous a donné envie de décliner le principe de ce "panier culturel" ?

J’ai vite réalisé que la ville de Brest était culturellement foisonnante et que ce principe de panier s’y prêterait très bien. J’ai ensuite rencontré 3 autres personnes, très intéressées et motivées par le concept de panier culturel. Nous nous sommes réunies autour d’une table, cela a duré 4 heures et nous avons décidé de proposer un panier culturel brestois.


Le service proposé est-il exactement le même qu'à Rennes ?

Non. Les paniers brestois sont moins chers et nos objectifs sont plus axés sur le socio-culturel et la culture pour tous.



Pour ce faire, vous avez constitué un quatuor. Qui sont les membres de votre équipe sur Brest ? Vous êtes chacune actrice de la vie culturelle brestoise...

Ce sont toutes des femmes impliquées dans les milieux culturels et sociaux soit par leur métier, soit par leurs activités respectives. Une cinquième cocotte va également venir renforcer l’équipe.
Nous avons entre 25 et 35 ans. Nous sommes programmatrice culturelle, chargée de développement, institutrice, administratrice de production cinéma. Nous sommes toutes impliquées dans d’autres associations ou pratiques culturelles (pratique du théâtre, de la musique, etc.).


 
"Nous voulons satisfaire les envies mais également surprendre. Toute une alchimie !"


Ensemble, autour de votre concept, vous avez créé l'association La Cocotte Culturelle. Pourquoi ce choix ?

Le modèle de l’association nous paraissait parfaitement convenir à notre projet. Nous pouvons ainsi accueillir des adhérents et faire participer le public à la cocotte. Nous espérons pouvoir rester dans un échange régulier.


Quel est le modèle économique de la Cocotte Culturelle ?

Un panier qui s’autofinance : le montant des paniers est reversé aux artistes et professionnels avec qui nous travaillons. Pour tout ce qui est du financement de l’administratif, de la communication et de la soirée de remise, nous avons obtenu une bourse de la Ville de Brest et du soutien grâce à un crowdfounding. Enfin, nous proposons des adhésions à prix libre auxquelles il est possible d’adhérer depuis notre site Internet.

 

Vous proposez 3 types de paniers culturels...

> La Cocotte solo : pour une personne avec 4 œuvres minimum dont une place de spectacle
La Cocotte duo : pour 2 personnes avec 4 œuvres minimum dont 2 places de spectacle
La Cocotte exploratrice : avec 4 œuvres mais sans place de spectacle (envoi postal et frais de ports inclus)


En février dernier, vous avez lancé une campagne de crowdfunding sur Kiss kiss bank bank. À quoi cette collecte a-t-elle servie ?

À financer l’organisation de la soirée (pot et amuse-bouche), communication (flyers, cocottes en papier …), la réalisation du contenant (le sac et le salaire de la sérigraphe) …




Cette campagne de financement participatif fut un succès... Comment avez-vous vécu cette expérience ?

C’était une expérience enrichissante. Nous avons pu voir que notre projet suscitait l’adhésion, non seulement parmi nos proches mais aussi par d’autres personnes extérieures. Cela nous a confortées dans notre projet. De plus, nous avons obtenu plus d’argent que nous avions espéré, ce qui nous permet d’être plus sereines pour les prochains paniers.
 


Depuis, la Cocotte Culturelle a pris son envol. Que s'est-il passé depuis la collecte ?

Nous avons lancé le premier panier et organisé la soirée au café culturel et solitaire Le Mouton à cinq pattes qui fut un succès : 31 paniers vendus (ce qui représentait 42 personnes avec les paniers duo). Et bien sûr, nous réfléchissons déjà aux prochains paniers !


Vous organisez donc des soirées de remise des paniers. Pourquoi ce choix ?

Pour que le public puisse rencontrer les artistes, présents à la soirée. Le but est de se rendre compte que les artistes sont tout autour de nous. Nous ne sommes pas une box. Nous sommes sur du circuit court si on peut dire. Et puis, la soirée permet aussi de passer un moment d’échange et de convivialité tous ensemble !


Comment sélectionnez-vous les artistes et partenaires de La Cocotte Culturelle ?

En fonction des coups de cœur, des publics, de la cohérence avec les autres œuvres du panier, de leur tarif, de leur exclusivité… Le seul critère obligatoire est un lien avec le paysage culturel brestois. Nous voulons satisfaire les envies mais également surprendre. Toute une alchimie ! Nous allons chercher les artistes mais ceux-ci peuvent bien sûr nous contacter pour nous présenter leur travail.


Comment vivez-vous l'aventure de la Cocotte Culturelle ? Quelles valeurs souhaitez-vous porter à travers ce projet ?

Nous formons une bonne équipe, complémentaire, motivée et pleines d’idées. Comme nous sommes bénévoles, c’est beaucoup de travail en dehors de nos boulots à toutes. Mais les réunions toutes ensemble, la découverte des œuvres et les soirées de remises sont des vrais moments de plaisirs.
Nous souhaitons encourager la curiosité, la découverte et le partage.


 


Quel message pourriez-vous faire passer aux Femmes de Bretagne qui souhaitent elles aussi lancer leur projet ?

Je dirai qu’il faut suivre ses envies, ses valeurs et ses convictions tout en s’entourant de personnes en harmonie avec soi pour réussir à mener son projet.
Nous avons aussi la chance qu’en Bretagne, il existe beaucoup de structures, d’associations et même de collectivités qui sont prêtes à soutenir les femmes avec des projets construits.


Que peut-on vous souhaiter de mieux pour la suite de votre "envol" ?

Qu’on puisse continuer à proposer nos paniers ainsi que des paniers adaptés à d’autres publics (famille, personnes à faibles revenus …). Que grâce à une multitude de cocottes, nous puissions continuer à faire découvrir les artistes et structures culturelles brestoises !


Comment vous trouver ? Vous contacter ? Commander son panier ?

Nous n’avons pas de local mais nous connaissons pleins de coins sympas à Brest ! Pour nous contacter, il y a notre email (cocotte.culturelle.brest@gmail.com), Facebook (@lacocotteculturelle.brest) et Twitter (@cocottebrest).

Pour commander son panier, il faut se rendre sur notre site Internet et cliquer sur « Commander ».

Les ventes de la deuxième cocotte sont ouvertes depuis le 24 avril. Elle sera remise le 30 septembre à la Maison de l’escalade The Roof à Brest à 18h.

 


Un entretien mené par la Plume Virginie Le Gall,
experte en blogging pour Mamezell' en Finistère
et blogueuse pour Mamezell' fait son reuz
Article rédigé par :
Virginie Le Gall. -