Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Dimanche, Mai 14, 2017

Nathalie Lebas-Vautier, fondatrice de Marie & Marie à La Mézière (35) : « Les échecs font grandir et permettent de mieux se connaître. »

Des vêtements confortables et bienfaiteurs pour le corps : c’est le credo de Marie & Marie, la marque tout juste commercialisée de Nathalie Lebas-Vautier. Hyperexpérimentée dans le secteur textile, cette entrepreneure aguerrie a rencontré l’échec, il y a deux ans. Une douleur dont elle a rebondi. Un épisode formateur qui l’a motivée à transmettre ses conseils, auprès de l’association 60 000 Rebonds, à Rennes, qui est partenaire du réseau Femmes de Bretagne.

 


C’est une histoire de vieux jogging. Moche mais confortable. D’une discussion peu banale en voiture aussi. Et celle d’un échec transformé en rebond. C’est l’histoire de Nathalie Lebas-Vautier, 43 ans, cofondatrice de la marque Marie & Marie. « Des vêtements sensoriels qui vous aiment », résume l’entrepreneure macérienne. Le financement participatif sur la plateforme Ulule a été « un succès ». Et depuis mardi 9 mai, la boutique en ligne commercialise les textiles. Mais, pour saisir la force de cette création d’entreprise, il faut s’incruster dans cette discussion peu banale en  voiture, quinze ans plus tôt.

« Nous étions sur la route pour Paris. De retour d’un week-end en Bretagne. J’ai fait part à mon mari de mes préoccupations concernant l’impact de l’industrie textile sur l’environnement.  De là, on a décidé de tout lâcher et de créer une marque alliant mode et respect de la planète », se remémore cette récente Femme de Bretagne, à l'époque salariée de grands groupes textiles depuis 10 ans. C’est la naissance de sa fille, en 2002, qui déclenche ces questionnements. « Je me suis interrogée sur le sens de ma vie, sur l’impact de mon action au quotidien. La culture du coton est l’une des plus polluantes, elle est dévastatrice pour la planète et catastrophique pour la santé humaine », argumente la spécialiste. Son mari est conquis. Ekyog naît rapidement, en Bretagne. Avec peu de moyens et un bébé sous le bras. « J’avais 30 ans. Il faut un grain de folie pour fonder son entreprise », remarque-t-elle. Et de justifier le lancement précipité : « Il ne faut pas ignorer les difficultés de la création, mais mieux vaut ne pas trop y penser. »

 
« Je suis pour une entreprise mutante, bienveillante, gagnante  et  innovante »


L’aventure dure onze ans. « Un chemin de réalisation personnel que je n’imaginais pas aussi riche, intense et douloureux. » Ils sont pionniers. Il a fallu créer des filières. Et convaincre la clientèle. « Nous avions deux messages à faire passer : la mode et le respect de l’environnement. Et l’écologie n’étant pas synonyme de désirabilité en France, le produit devait séduire par l’esthétique », analyse Nathalie Lebas-Vautier. En 2015, c’est l’arrêt brutal. Un épisode cruel sur lequel elle ne communique pas. Mais dont elle raconte, avec courage et pudeur, les conséquences : « Les échecs font grandir et permettent de mieux se connaître. J’ai traversé des moments difficiles, en étant dans une introspection personnelle. » La cheffe d’entreprise cherche à continuer son chemin vers un entrepreneuriat engagé. Elle se questionne, pour donner du sens à ce qui venait d’arriver. Beaucoup de temps passé à son domicile. À lire, dans un vieux jogging. Le fameux " vieux jogging ". Moche mais confortable. Et révélateur. « Je me sentais à l’aise. Et là je me suis dit que la mode ce n’était pas que l’apparence », réalise la Brétilienne. Marie & Marie balbutie.

 

 
Encore une fois, l’aventure est conjugale : « Avec mon mari, nous sommes des bâtisseurs, un duo, comme si l’on était tricoté l’un dans l’autre. » Pour le moment, les produits sont exclusivement destinés aux femmes. Tenues décontractées, sportives ou lingerie. Avec deux particularités : les vêtements sont sensoriels, ils procurent un vrai confort, comme une seconde peau. Et ils sont dotés de l’intelligence Carewear®. Des microcapsules d'huiles végétales certifiées biologiques sont intégrées dans ses fibres. « Vous portez le vêtement, et le soin cosmétique agit directement sur votre peau », explique le site Internet de la marque. Nathalie Lebas-Vautier ne se satisfait pas d’une mode bienfaisante. Celle qui milite pour une entreprise « mutante », « bienveillante », « gagnante » et « innovante » veut s’engager humainement. C’est ainsi qu’elle reverse quatre euros du montant de chaque carte de fidélité (d’une valeur de 15 euros) aux Lumineuses, un mouvement issu de son imagination qui valorise « des femmes entrepreneures qui font des choses extraordinaires et ne sont jamais dans la lumière ».

 
« On nous demande d’être des mères parfaites, des épouses modèles et des businesswomen compétentes. »


Et pour booster l’esprit entrepreneurial qui sommeille en vous, les inséparables créateurs proposent une commercialisation en ligne, mais surtout via les « Slasheuses ». Des vendeuses à domicile qui cumulent plusieurs métiers. « Elles sont entrepreneures de leurs vies », traduit la Bretonne. De quoi éveiller des vocations ? « Les femmes n’osent pas ! Elles ne se font pas assez confiance. On nous demande d’être des mères parfaites, des épouses modèles et des businesswomen compétentes. C’est pour cela que je veux les soutenir et les encourager », se félicite-t-elle.

 


Son énergie, elle la partage aussi, bénévolement, avec 60 000 Rebonds. Une association dont Femmes de Bretagne est partenaire : elle accompagne les chefs d’entreprise, postfaillite, vers un rebond salarial ou entrepreneurial. Un projet qu’elle avait regardé de loin lorsqu’ elle-même a connu l’échec. « Je ne savais pas où j’allais, j’avais besoin de continuer dans mon brouillard intérieur et d’y apporter mes réponses. Je n’ai pas osé », reconnaît-elle avec un recul respectable.
Aujourd’hui responsable de l’antenne 60 000 Rebonds à Rennes, elle recherche des marraines et parrains désireux d’accompagner des femmes et des hommes en rebond. Et volontaires pour changer ce regard négatif posé sur l’échec. Son message : « Tous les entrepreneurs qui échouent doivent oser nous contacter. Nous sommes dans une démarche énergisante, nous voulons leur redonner confiance. »  C’est cette volonté de transmettre son expérience, ses erreurs et ses remises en cause qui l’animent. Celle qui s’est beaucoup aidée de biographies inspirantes et rassurantes conseille la lecture des Vertus de l’échec, écrit par Charles Pépin. Et préconise de « 
ne pas faire de déni de réalité sur ce qu’il s’est passé » ; « de prendre le temps » ; « de penser à un projet » ; « d’accepter et de rester humble ». Le tout, mûrement réfléchi, vêtue d’un vieux jogging. Moche et confortable.

 

Pour en savoir plus sur Marie & Marie :
Site Internet
Page Facebook 
Mail : hello@marie-et-marie.com

Pour contacter 60 000 Rebonds :
Site Internet
Page Facebook
Mail : contact@60000rebonds.com


Nathalie Lebas-Vautier dispose également d'un profil sur le réseau Femmes de Bretagne.

 
Un entretien mené par la Plume Léonie Place,
rédactrice de contes de faits chez Scribeuse (56)
Article rédigé par :
Léonie Place. -