Le réseau social des Bretonnes qui entreprennent !
Déjà membre ? Se connecter
Mot de passe oublié
Fermer
Chargement en cours
Lundi, Mai 8, 2017

Sarah Simonnet, masseuse chez "SarahBulle" et coordinatrice du réseau Femmes de Bretagne à Lorient (56) : "Le partage est une mine d'or."

Le 4 avril dernier, Sarah Simonnet, cocoordinatrice du réseau Femmes de Bretagne à Lorient, a animé sa première rencontre devant un auditoire un peu particulier. La majorité des femmes aux profils variés étaient présentes pour la première fois, mais surtout nous avons eu la primeur d’accueillir et de rencontrer Marie Eloy, la fondatrice du réseau. Les échanges ont été très intéressants, riches, dans cet esprit de bienveillance, spécial à Femmes de Bretagne.
C’est le temps d’un déjeuner au Casino de Larmor-Plage, qui nous a accueillies pour cette rencontre, que Sarah et moi avons pris le temps d’échanger et de revenir sur son parcours… aux multiples facettes !


Sarah, quel est ton ressenti après avoir animé ta première réunion ?

Eh bien, je dois avouer que je me sens fière et complètement reboostée ! J'ai vraiment l'impression d'être à ma place. D'habitude, nous sommes deux coordinatrices à accueillir les participantes. (Céline André et Sarah fonctionnent en duo.) Cela dit, nous intervenons finalement très peu au cours de ces rencontres. Nous avons pour habitude de faire un tour de table afin que chacune des participantes se présente. À chaque fois, la même magie opère. Les femmes interagissent, proposent des solutions, leurs compétences, leur propre expérience... Cet échange pur en toute bienveillance se reproduit à chaque fois. C'est réellement très motivant pour moi.


 


Tu as intégré Femmes de Bretagne il y a deux ans comme porteuse de projet. Aujourd’hui tu es cheffe d’entreprise et coordinatrice bénévole. Peux-tu nous faire part de ton expérience au sein du réseau ? Qu’est-ce qui t’a poussée à t’y investir davantage maintenant que tu as créé et dirige « SarahBulle » ?

Je me souviens très bien de ma première rencontre, à Lomener, dans une crêperie. Nous étions une quinzaine, et j'étais là avec juste une idée en tête. J'ai tissé rapidement des liens avec d'autres femmes et, d’ailleurs, c'est à cette occasion que j'ai fait la connaissance de Céline. Par la suite, j'ai assisté à d'autres rencontres et participé à des ateliers organisés par le réseau. Quand mon idée s'est transformée en projet, j'ai eu la chance en 2016 d’intégrer une formation sur l'accompagnement à la création d'entreprise. Ce suivi était organisé par l'EGEE (Association nationale des seniors bénévoles), partenaire de Femmes de Bretagne. Mon projet prenait vie, c'était grisant et en même temps effrayant ! J'ai compris à ce moment-là que pour devenir cheffe d'entreprise, il fallait se sentir (et être) soutenue. Alors quand Céline m'a demandé d'être à ses côtés dans la coordination à Lorient, j'ai dit oui sans hésiter. Cette implication bénévole me permet de faire des rencontres et de trouver des réponses aux nombreuses questions que je me pose sur le chemin de l'entrepreneuriat.


Quel a été ton parcours professionnel avant de devenir entrepreneure ? Qu’est-ce qui t’a amenée à changer de vie ?

L'heureux hasard de la vie m'a fait atterrir dans le milieu du jeu. J'ai travaillé pendant presque 13 ans dans des casinos en tant que croupière. Tout d'abord dans le Finistère-Nord, puis à Bénodet. J'ai adoré ce métier, mais le rythme décalé a eu raison de moi. J’ai démissionné en 2007 et rejoint mon compagnon à Lorient. Une grande parenthèse, durant laquelle nous avons eu 3 filles, m'a permis de comprendre que je ne souhaitais plus avoir de contrainte professionnelle. Être libre et disponible pour ma famille était devenu ma seule préoccupation. « SarahBulle » prenait doucement vie.


Tu portes une attention particulière aux mains. Elles sont comme le fil conducteur de ta vie, le lien entre tes expériences, avec tes trois enfants aussi. Pourquoi t’inspirent-elles autant ?

Les mains sont effectivement très présentes dans ma vie : précision et rapidité pour le métier de croupier, dextérité et maîtrise pour la langue des signes, douceur et puissance pour les massages. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j'ai toujours aimé les mains. C'est la première chose que je regarde chez une personne. Les mains en disent long ! Elles saluent, rassurent, s'expriment, touchent, caressent, jouent, donnent, partagent, parlent... Elles sont une grande source d'inspiration !


 
"Au-delà du massage que je réalise, j'essaie de faire prendre conscience aux personnes que je reçois qu'il est important de s'occuper de soi."


Pour l’association « Au Fil des Mains », tu es aussi animatrice d’ateliers de communication gestuelle destinés aux parents et à leurs enfants. Peux-tu nous dire en quoi cela consiste ?

Les signes utilisés pour échanger avec les bébés sont ceux de la langue des signes française (LSF). Cet outil s'adresse aux enfants entendants afin de leur offrir un outil de communication supplémentaire avant d’acquérir l’usage de la parole. Je l'ai pratiqué pour mes filles et c'est magique ! L'enfant est compris et se sent valorisé, c'est vraiment un plus pour toute une famille. Je souhaitais conserver ce lien avec les signes. Alors je me suis formée en 2013 avec l'association « Signe Avec Moi » qui m’a permise d'être animatrice certifiée. Avec une copine, aussi animatrice, nous avons fondé l'association « Au Fil des Mains », en 2014, qui propose des ateliers parents/enfants de communication gestuelle. C'est autour de comptines, de jeux et d’histoires signés que je transmets ce formidable outil.


Tu as créé ton entreprise « SarahBulle » en septembre 2016. Peux-tu nous décrire ton activité ?

Je propose un massage court sur une chaise ergonomique. Ce massage assis et habillé est pratique et efficace, car il procure une détente du corps et de l'esprit en un minimum de temps. Au-delà du massage que je réalise, j'essaie de faire prendre conscience aux personnes que je reçois qu'il est important de s'occuper de soi. Le travail occupe une place importante dans nos vies jusqu'à en oublier notre corps. Pourtant il est notre véhicule ; et si on le laisse de côté, les maux s'installent. Je donne des conseils tout simples, comme prendre le temps de respirer, boire de l'eau, faire des petites pauses. Cet accompagnement fait partie intégrante de mon activité.


« SarahBulle » est un nom suggestif qui fait appel au bien-être, à un moment de détente. Comment l’as-tu choisi ?

« SarahBulle » s'est imposé à moi un jour où je cherchais des mots que j'aime, des mots qui sonnent bien. Et pour la petite anecdote, sur l'écran d'accueil de mon téléphone, il y a des bulles. C'était là, sous mes yeux ! S'en est suivi un flot d'idées autour de la bulle pour définir ma communication et mon identité visuelle. « SarahBulle » voyait le jour.


 


Quelles sont tes prestations et à qui s’adressent-elles ?

Mes prestations s’adressent essentiellement aux entreprises, car le bien-être au travail me semble primordial. Mais je peux également œuvrer dans l'événementiel, les salons, les séminaires et aussi parfois pour les particuliers. Je m'adapte facilement à l'environnement dans lequel je travaille.


Ton entreprise n’a que quelques mois. Comment vis-tu l’expérience d’entreprendre ? Rencontres-tu des difficultés ?

Lorsque j'ai créé « SarahBulle », c'était juste une activité comme une autre. Maintenant j'ai conscience qu’il s’agit d’une entreprise, d’une entité, que je dois développer. Ce que je veux dire par là, c'est qu'être cheffe d'entreprise, ça fait grandir. On doit se remettre en question très souvent, être sur tous les fronts : communication, administration, savoir vendre son produit, être à l'aise face aux autres... et plus encore. Je me sens parfois désorganisée et submergée par toutes ces casquettes, mais au fond, c'est stimulant et formateur. Et là encore, je dis merci au réseau Femmes de Bretagne !


Comment opères-tu pour te faire connaître et développer ta clientèle ?

Je dirais que pour le moment, j'ai eu beaucoup de chance. Les contacts sont venus à moi, grâce aux différents réseaux que j’ai constitués. Et je donne mes cartes de visite dès que l'occasion se présente. Un réflexe à adopter ! J'ai également adhéré en janvier au réseau « Bouge ta Boîte », réservé aux cheffes d’entreprise. Le but est de développer son activité, de se recommander et de faire du business pour augmenter son chiffre d’affaires. Il s’agit là de générer de l’audace et du leadership, un autre pas à franchir !


Peut-on offrir un massage par exemple ? Est-ce une idée de cadeau pour la fête des mères et/ou des pères ?

Oui, j’ai effectivement une offre pour la fête des mamans et des papas : des bons-cadeaux !


Quels conseils donnerais-tu aux Femmes de Bretagne qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Le plus important à mes yeux, c'est de ne pas rester seule dans son coin. Lorsque l'on rencontre d'autres femmes porteuses de projet ou bien cheffes d'entreprise, on se rend compte que les difficultés et les questionnements sont les mêmes pour toutes. Le partage est une mine d'or.

 
 
 


Comment fais-tu pour te ressourcer et trouver un équilibre entre toutes tes casquettes ?

Je déroule mon tapis de yoga. Ce moment est intense, je ne pense plus, j'entre en communion avec mon corps. Je suis là pour et avec lui. C'est ma bulle à moi !


Une date à nous communiquer pour te retrouver prochainement ?

Je serai présente avec ma chaise de massage à la vente éphémère organisée à Nevez (29) dans les jardins de Rospico les 12, 13 et 14 mai. Vous pourrez justement y acheter des bons-cadeaux à offrir !


Comment te contacter et te suivre sur le Web ?

Vous pouvez me joindre :
par mail : bullezbien@gmail.com,
par téléphone : 07-68-06-92-72.

2 liens Facebook :
Une page professionnelle.
Un profil professionnel

Un profil sur Linkedin.
Un profil sur Femmes de Bretagne.

Et pour plus de renseignements concernant « Au Fil des Mains » : aufildesmains@gmail.com.



 
Un entretien mené par la Plume Delphine Thiébault de La Crouée
Agence abcd’ère (56)
Relecture, rédaction et mise en pages
Article rédigé par :
Delphine Thiébault de La Crouée. -